Project of prosopographical study of Neo-Babylonian women (french version)

Project of prosopographical study of Neo-Babylonian women
(french version)

 

Yoko WATAI (Post-doctoral researcher, Université Chuo — UMR 7041-ArScAn)

 

Exemplier Yoko Watai

Dans le cadre du projet REFEMA, «Rôle économique des femmes en Mésopotamie ancienne /Women’s role in the economy of Ancient Mesopotamia»), je vais travailler sur la prosopographie féminine néo-babylonienne. Pour cela je vais recenser tous les noms de femmes qui apparaissent dans les documents juridiques et économiques privés, ainsi que dans les archives institutionnelles. Ce travail nous permettra d’analyser des noms féminins eux-même mais aussi d’étudier les nombreuses activités économiques des femmes dans le secteur privé et dans le secteur institutionnel. En raison du nombre de femmes qui se trouvent dans les documents néo-babyloniens, ce projet se terminera dans 3 ans, pour le colloque de 2014. Je présenterai donc seulement l’état actuel et provisoire de ce travail.

<Méthode et source>

J’ai créé une base de données et enregistré 88 femmes et 69 nomspour le moment, c’est-à-dire toutes les femmes mentionnées dans les livres de C. Wunsch concernant les archives d’Iddin-Marduk (CM 3) et les archives d’Egibi (CM 20), sauf les noms complètement cassés. Il faut bien noter que ce ne sont pas 88 noms mais 88 femmes. Les femmes ayant le même nom sont chacune enregistrées sur une fiche (par exemple, on trouve 2 Amat-Ninlil, 3 Ina-Esagila-ramât, etc.). Ilfaut remarquer qu’il y a un «biais» dans le choix des documents, puisque les livres que j’ai consultés, surtout le livre des archives des Egibi, ne traitent que des activités concernant les champs et les jardins.

Je vais maintenant présenter les deux axes de ce travail : les recherches onomastiques et les études sur les activités économiques dont s’occupent les femmes.

I. Etudes onomastiques

Nous allons maintenant observer les noms féminins, leurs constructions et leurs significations. Je les ai classés en deux groupes : les esclaves et les femmes libres, et puis je les ai catégorisés selon leur construction, d’après le livre de Stamm, Die Akkadische Namengebung et d’après l’Appendix de Di Vino, Studies in Third Millennium Sumerian and Akkadian Personal Names.

On trouve donc principalement deux sortes de noms : les «Theophorous Names» (contenant le nom d’un dieu) et les «Non-theophorous Names». Ces noms se divisent ensuite en plusieurs types. Pour les «Theophorous Names» (y compris quand le nom de la divinité est omis), on trouve au moins 5 types :

  1. les «Petitions» : les noms des appels aux dieux qui utilisent l’impératif et l’optatif.
  2. les «Thanksgiving Names», c’est-à-dire les noms qui remercient une divinité pour un événement spécifique (comme la naissance des enfants). Ces deux types appartiennent à la catégorie : «Concret Sentence Names», les noms mentionnant des événements spécifiques.
  3. les «Attribute-Names», qui décrivent la nature des divinités, comme Tašmētu-damqat «Tašmētu est agréable».
  4. 4le «type Sin-abī (Sin est mon père)», expression de la confiance potentielle (ici, Bānītu-tuklatu appartient à ce type.)
  5. les noms «Relation to the deity», ici Amat-nom de divinité. Ces  trois derniers types appartiennent à la catégorie «Generalization», à savoir une expression intemporelle.

Le groupe des «Non-theophorous Names» est constitué de deux types d’«Affectionate Names», qui désignent des enfants: les «Affectionate Names I» sont les désignations par référence aux parents, frères ou soeurs : par exemple, Ramûa «My love», Bēlessunu «Their goddess». Les «Affectionate Names II» contiennent des noms d’animaux, de plantes, etc.

Malgré l’insuffisance des données, on peut quand même dessiner une première tendance dans la construction des noms féminins: une grande partie des noms d’esclaves féminines appartiennent au type «Petitions» et «affectionate Names II». D’autre part, les «Attribute Names» et les «Affectionate Names I» sont préférés pour les noms des femmes libres.

On peut dire que la variété des types de noms féminins est moins grande que celle de noms masculins ; par exemple, les types très utilisés pour les noms masculins, par exemple les «Thanksgiving Names», comme Nabû-aḫḫē-iddin «Nabû (m’)a donné les frères», Marduk-apla-uṣur «Marduk a protégé mon fils», etc. sont rares pour les noms féminins. Et, il n’y a pas de noms féminins contenant des mots qui désignent la relation entre les enfants et les parrains. (On trouve le nom «Marduk a protégé mon fils» mais on ne trouve pas le nom «Marduk a protégé ma fille»)

Concernant les déesses mentionnées dans les noms de femmes, elles sont relativement variées pour l’instant. Dans les noms d’esclaves, les déesses qui apparaissent le plus souvent sont Bānītu et Nanaya (3 noms pour  chacune). On trouve aussi Ištar, Šidada, Mammītu et Zarpanītu. Par ailleurs, dans les noms des femmes libres, Ninlil et Tašmētu apparaissent chacune dans deux noms pour trois personnes. On trouve également Baba, et Nanaya. On peut probablement dire que Ninlil était relativement appréciée pour les noms de femmes, qu’elles soient esclaves, ou femmes libres.

Il me semble qu’il existe une petite différence dans le choix des déesses entre les noms des esclaves et ceux des femmes libres, même si cette différence n’est pas encore très remarquable pour l’instant.

II. Activités économiques des femmes

Nous allons regarder maintenant les activités économiques des femmes apparues dans les documents qui ont été enregistrés sur 88 fiches de la base de données. D’abord, concernant les esclaves, la plupart des femmes sont vendues, prises en gage, données comme dot, transférées dans les contrats de partage et dans les documents de l’héritage, etc.. Quand elles apparaissent comme objet du transfert, on peut dire que les femmes participent passivement aux activités économiques. On sait que les esclaves s’occupaient parfois de transactions, vraisemblablement comme agents de leurs maîtres. En effet, nous avons une attestation dans laquelle une esclave de Ina-Esagila-ramât (la femme d’Iddin-Marduk) apparaît comme créancière de l’argent (BM 30544). Je suis sûr que ce type d’attestations est assez abondant, mais nous n’en avons qu’une seule dans notre base de données pour l’instant.

Au sujet des activités des femmes libres, on consultera les tableaux : je les ai classées en deux catégories : «les femmes propriétaires de terrains» et «les autres activités». Pour la première catégorie, on trouve les «activités actives», par exemple, la vente et l’achat, la location, etc., et les «activités passives», par exemple la réception de terrains, ou la gestion par quelqu’un d’autre d’un terrain qui leur appartient, etc. Les autres activités sont constituées des transactions concernant l’argent et des esclaves. On peut donc également qualifier cette catégorie d’«activités actives».

Parmi les «actives actives», on trouve deux catégories : dans le premier cas, les femmes ont une participation indépendante, tandis que dans le deuxième cas, elles agissent avec quelqu’un d’autre, en général un membre de la famille, comme leur mari, leurs fils, leurs frères et même leurs beaux-frères.

L’activité la plus fréquente, soit indépendante, soit avec quelqu’un, est la vente de terre. On trouve deux attestations de vente d’une propriété conjointe entre des soeurs, deux où la femme agit avec son fils, un avec son frère et deux avec son beau-frère. Il n’y a pas, dans le corpus enregistré jusqu’à maintenant, d’attestation indiquant qu’elles vendent le terrain avec leur mari. Mais on en trouve dans le corpus concernant les maisons que j’ai établi pour ma thèse: elles le vendent soit seule soit avec d’autres membres de la famille. Cela nous permet de supposer que c’est normalement le mari qui vend des terrains et que les femmes citées comme vendeuses sont principalement des veuves ou des célibataires.

Les femmes ou les mères (c’est-à-dire la «maîtresse de maison», bēlet bītim) des vendeurs sont souvent présentées à la fin de la liste des témoins habituels et introduites par la phrase ina ašābi dans les contrats de vente des terrains et des maisons (voir dans le document joint le tableau 1.2 «participation passive»). Il reste difficile de comprendre quelle est la qualification de cette présentation comme témoin dans les contrats de ventes d’immobilier, si l’on considère que les femmes n’ont aucun droit sur les terrains. Mme S. Démare-Lafont m’a indiqué au cours d’une discussion sur ce sujet que, selon elle, la formule ina ašābi dans la liste des témoins désignerait une garantie pour leur situation postérieure, si elles deviennent veuves. De mon côté, quand j’en ai traité dans ma thèse au chapitre du contexte de la vente des maisons, j’ai proposé qu’il s’agisse d’un «droit social de propriété», plutôt qu’un droit juridique de plein exercice et que la mention ina ašābi parmi les témoins concerne l’usage des maisons et témoigne du «pouvoir» exercé par les femmes à l’intérieur de la maison. Mais au vu des attestations dans des contrats de vente, il faut compléter cette dernière hypothèse. On remarque ainsi que les maîtresses des maisons vendues (bēlet bīti) reçoivent les vêtement lubāru des acheteurs des maisons dans plusieurs contrats de vente des maisons, mais non pas dans les contrats de vente de terrains agricoles. Il me semble concerner un certain droit sociale de propriété latent des femmes, constitué à l’intérieur des maisons.)

D’autre part, en dehors des textes de vente, on trouve des attestations de copropriété à l’intérieur d’un couple: on trouve par exemple un contrat d’échange qui atteste une copropriété d’une femme avec son mari. La femme, appelée Kabtaya, et son mari donnent un tmerain à leur petit-fils, c’est-à-dire le fils de leur fille, celle-ci ayant déjà disparu.

La catégorie «activités passives» dans l’immobilier comprend des activités qui documentent la propriété féminine sans que les femems participent aux activités de gestion économique des biens:

  1. les femmes reçoivent des terrains des membres de leur famille, principalement de leur père, en dot, mais aussi de la part de leur mari et de leurs fils, sans doute pour assurer leur entretien en cas de décès du mari.
  2. on trouve des femmes qui sont propriétaires d’un bien immobilier, mais dont ce sont les maris ou les frères qui le donnent à exploiter en fermage. On trouve aussi quelques attestations où elles donnent elles-mêmes les terrains en location, mais il plus fréquent que ce soit les maris qui les gèrent.
  3. des femmes sont attestées comme voisines des terrains mentionnés dans des contrats: ces attestations témoignent aussi du fait que des femmes sont propriétaires du bien immobilier.
  4. on trouve des femmes qui se présentent pourtémoigner dans des contrats de transfert du terrain. On trouve ainsi deux sortes d’expressions : «ana mukinnūtu ašābu», tel qu’écrit dans le texte, et ina ašābi, qu’on a déjà vu. Ces deux expressions sont assez semblables l’une à l’autre, en utilisant le même verbe. Mais il me semble que l’expression ana mukinnūtu ašābu est employée pour quelqu’un qui a un droit de propriété, afin d’indiquer qu’il a bien abandonné son droit. Cette expression ne concerne donc pas uniquement des femmes, tandis que l’expression ina ašābi s’applique toujours aux femmes ou aux mères des vendeurs. Les témoins ina ašābi ne sont pas forcément toujours catégoriséscomme des «femmes propriétaires de terrains», mais je pense qu’elles ne sont pas quand même complètement étrangers aux transferts des propriétés familiales.

Un autre problème doit maintenant être examiné : est-ce que toutes les propriétés des femmes sont incluses dans leurs dots ou non? Quand elles achètent les terrains, on peut sans doute considérer que les femmes deviennent propriétaires de terrains qui ne sont pas attachés à leur dot. Je voudrais ainsi examiner la possibilité que les femmes aient le droit de posséder les terrains qui ne relèvent pas de la dot.

(1) On trouve plusieurs attestations dans lesquelles sont présentes des femmes comme contractantes principales, même si de temps en temps elles sont mentionnées avec leurs maris. On pourrait considérer que ces terrains font partie de la dot de ces femmes, même si cela n’est pas stipulé dans les documents, puisqu’on sait que le mari peut utiliser la dot de sa femme. Mais la situation est manifestement plus compliquée dans quelques documents, où les femmes vendent des terrains avec parfois leur beau-frère, c’est-à-dire le frère du mari. Dans ce cas, ces terrains me semblent plutôt appartenir au patrimoine de la famille du mari. Une hypothèse possible est alors que la femme a reçu le droit de demander une part du bien de son mari pour compenser l’intégration de sa dot dans les terres gérées par le mari.

Dans le texte Nbn 1031, où il s’agit de la vente d’un terrain, il est dit que : «si NP (le vendeur), les frères du vendeur et la femme du père du  vendeur sont présents sur le contrat (ana mukinnūtu ašābu), NP2 (probablement un agent de l’acheteur ?) payera l’argent». Ici aussi, donc, le vendeur a besoin de la présence de la femme de son père (= seconde femme de son père?) dans le contrat de vente.

On peut également citer un autre exemple, dont le contexte reste cependant assez compliqué à analyser. Il s’agit d’un dossier concernant une femme appelée Kurunnam-tabni (ou aussi Kuttaya). Kurunnam-tabni d’abord, a reçu un terrain et des esclaves de la part de ses fils (BM 302398). Puis, concernant un terrain qu’elle aurait reçu, en compensation de sa dot, de la part des «scribes du roi», elle ne donne pas à son fils aîné la moitié de terrain qui lui revient (RA 41, 101). (On ne sait pas pourquoi les «scribes du roi» lui ont donné le terrain.) Ses deux fils (ou beaux-fils ?) font alors un procès contre elle à propos du terrain et des esclaves qu’ils ont donnés. Enfin, les fils de Kurunnam-tabni vendent chacun leur terrain à un nommé Nabû-bāni-aḫi et ce dernier les vend à Nabû-aḫḫē-iddin de la famille Egibi. Le texte Nbn 1111 dit que la femme d’un des fils devra siéger comme témoin (ana mukinnūtu ašābu) au contrat de vente du terrain que son mari et ses frères ont vendu.

Il me semble que la phrase ana mukinnūtu ašābu s’applique ici à quelqu’un qui a un droit de propriété en bonne et due forme, afin d’indiquer qu’il a bien abandonné son droit. On peut donc supposer que Kurunnam-tabni disposait d’un droit de propriété partiel sur la terre de son mari. Dans le texte Nbn 442, la femme de l’autre fils de Kurunnam-tabni donne la tablette du terrain que son mari a fait établir à Nabû-bāni-aḫi, puis à Nabû-aḫḫē-iddin, les acheteurs du terrain. Dans les deux cas, les maris, c’est-à-dire les fils de Kurunnam-tabni doivent être décédés, et vraisemblablement ils n’avaient pas d’enfant.

On voit donc bien par ces exemples que certaines femmes participent à la gestion des biens immobiliers de leurs maris. C’est un premier point.

(2) Le deuxième point à souligner est qu’on trouve des exemples de propriété commune et indivise entre des soeurs. Dans le texte BM 33056+, trois filles de Šamaš-udammiq de la famille de Maštuk : Bēlilitu, Nadaya et Ina-Esagila-ramât vendent un champ qu’elles ont reçu de leur mère. À ce moment, Ḫibuṣu, la femme du frère du père de ces trois filles conteste cette vente, et fait un procès avec son fils. Elle déclare que son mari, c’est-à-dire le frère du père des trois filles, n’avait pas fait de réclamation quand Tašmētu-damqat, la mère des trois filles, avait reçu ce terrain et qu’il l’avait donc mis à sa disposition. Mais malheureusement les lignes suivantes sont cassées et on ne peut pas savoir pour quelle raison exacte Ḫibuṣu et son fils ont fait cette réclamation. On sait, par un autre document, que les trois filles ont déposé 55 sicles d’argent chez Nabû-aḫḫē-iddin de la famille Egibi et que cet argent devait servir à payer Ḫibuṣu et son fils. En tout cas, il semble que le fils de Ḫibuṣu est encore très jeune et que c’est en son nom, fondamentalement, qu’elle fait cette réclamation. Ce document nous montre donc comment des filles reçoivent un terrain des leur mère, tandis que leur tante par alliance fait une contestation contre les membres de la famille. Ce dossier me semble documenter une forme de propriété des femmes à côté de la dot.

Pour récapituler, on pourrait donc trouver la possibilité d’une propriété des femmes en dehors de la dot dans les trois cas ci-dessous:

  • en premier lieu, dans le cas où des femmes achètent directement un terrain.
  • en deuxième lieu, après la mort de leur mari, quand les femmes deviennentpropriétaires d’une part des biens de leur mari qu’elles ont à partager cesbiens avec les frères du mari. Il est possible de considérer cette part comme une compensation de leur dot, quand celle-ci a été intégrée au patrimoine familial mais les documents ne nous donnent pas toujours beaucoup d’informations à ce sujet.
  • en troisième lieu, les filles peuvent hériter un bien de leur famille, probablement quand elles n’ont pas de frères.

Si l’on se tourne vers les activités féminines autres que celles qui concernent la propriété des biens immobiliers, nous avons également beaucoup d’attestations d’autres activités, notamment liées à l’usage de l’argent: comme créancières ou débitrice. On peut noter déjà que les femmes apparaissent plutôt en position d’indépendance quand elles prêtent de l’argent, alors qu’elles sont souvent associées à des membres de leur famille quand elles empruntent. Mais il s’agit là d’une recherche qui commence, et je ne peux pas fournir d’analyse détaillée à ce sujet pour l’instant.

Ce que je viens de présenter est donc une première étape dont tousles aspects ne sont pas définitifs puisque nous sommes au début de travail.Il est certain que l’accroissement de la base de données prosopographiquespermettra d’enrichir le corpus et de diversifier les conclusions, que j’espère pouvoir présenter dans la suite du déroulement du projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *